La ZAC d'habitation, précurseur en Gironde

     Quand la municipalité s'est lancée dans l'aménagement d'une ZAC d'habitation cela n'avait jamais été fait jusque là en Gironde, en zone rurale. On était au tout début des lois de décentralisation (1982) et les élus ont senti l'importance qu'allaient prendre dans l'avenir, les syndicats intercommunaux et les communes, dans l'urbanisme local. Le choix dès 1983, fut de construire du logement locatif public en complèment de l'accession.

     Une mise en concurrence a alors été faite entre des sociétés d'aménagement et c'est finalement la  société d'équipement de la Gironde qui a été retenue. Puis la commune a décidé de continuer seule tout en conservant ce qui avait été prévu, sauf autour de l'échangeur de la RN 10 où une zone économique allait être développée.

     Les premières tranches d' assainissement EU furent réalisées ainsi qu'une station d'épuration. Les réseaux d'assainissement et d'adduction d'eau furent mis progressivement en place sur la commune. La même réflexion au niveau du réseau d'électrification fut menée et les premiers travaux faits. La volonté était de bâtir autour d'un nouveau centre à la fois administratif et commercial. Inauguré en 1995, sa construction s'accompagna de 157 demandes d'installations dans la nouvelle ZAC d'habitation. Les logements locatifs furent terminés entre 1986 et 2001.

     Parallèlement, en 1984 la mairie négocia pour obtenir l'implantaion d'un collège sur son territoire. L'arrivée de l'établissement scolaire allait modifier profondément le centre du village. Terminé en 1986, il sera acompagné d'un gymnase communal attenant, permettant de développer  les structures sportives de la commune. Une Maison du tTmps Libre suivra en 1988 et des plateaux sportifs dans la foulée. Pour parfaire la restructuration du centre, une nouvelle route d'accès fut aménagée depuis la RN 10 et son échangeur, avec l'appui du Conseil Général.

L' économie

     Un tissu économique en constante évolution

     En 1995, le centre commercial du coeur du village a été inauguré. Il a été conçu avec des logements autour pour créer un véritable centre de proximité. La mairie a mené seule le projet et a choisi d'en conserver la maîtrise foncière. La volonté a été de concentrer en un point les services et les commerces principaux de la commune. Aux côtés de la mairie et la bibliothèque, et autour d'une halle centrale, une agence postale, un salon de coiffure, un bar-restaurant, une maison de la presse tabac, librairie, une boulangerie, une fleuriste, une auto-école, une supérette et un centre médical, regroupant deux médecins, deux dentistes et deux infirmières, ont été implantés. D'autres activités de commerce et de soins vont prochainement compléter le site.

La Zone économique

     Quand la réalisation de la déviation de la N10 a été envisagée, aucun échangeur n'était prévu pour Peujard. Les élus se sont alors engagés dans une négociation difficile avec l'Etat pour l'obtenir. A la suite de l'obtention de cet échangeur, un nouvel espace disponible fut identifié entre la route nationale 10 et la voie ferrée. Celui-ci était à cheval sur les communes de Peujard, Gauriaguet et Aubie-espessas. La municipalité de Peujard lança l'idée d'aménager une vaste zone économique de plusieurs dizaines d'hectares dont 15 sur Peujard. L'aventure débuta du côté de Peujard avec l'implantation de 2 entreprises employant soixante-quinze personnes, puis 85 en suivant.

     La réalisation de cette dernière zone d'activité a été complétée par l'agrandissement de la 1ere zone économique Georges Brassens située à l'Ouest de l'échangeur RN 10. Au total, se sont aujourd'hui prés de 300 emplois qui ont été créés sur les 2 sites, et ce, malgré les difficultés économiques et financières du moment. De nouvelles entreprises sont de nouveau prévues sur ces sites en constante évolution.